Ahmed Bouani, Le cinéaste de la mémoire marocaine

bouanani-2-672x353

Avec le décès d’Ahmed Bouanani, l’art cinématographique a perdu ce qui l’aurait désigné comme « unique ». Retour sur la vie et l’art d’un poète-cinéaste hors du commun.

vec le décès d’Ahmed Bouanani (1938-2011), le Maroc a perdu un artiste complet, dont l’œuvre est un patrimoine en soi. Homme de plume, il publie dans la revue Souffles, de 1966 jusqu’à son interdiction au début des années 1970, des essais consacrés à la littérature orale traditionnelle. Il y fait aussi paraître des poèmes en prose, qui tiennent de Rimbaud et Breton, de Khalil Gibran et Kateb Yacine : de longs récits oniriques et douloureux, qui entrelacent des images de niveaux de réalité distincts. On lit par exemple, dans Textus (2e trimestre 66) : « Je suis persuadé que je ne dormais pas. Une étoile était venue briller au milieu de mon front.

plus…

Anuncis

Deixa un comentari

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

Connecting to %s